Language: French
19.7.1943 (Monday)
Le Chef du Département politique, M. Pilet-Golaz, au Chef-suppléant du Département militaire, Ed. von Steiger
Letter (L)
Pilet-Golaz restitue à von Steiger - remplaçant du Chef du DMF en vacances - une lettre de Guisan avec un rapport annexe faisant état d’opinions suivant lesquelles l’Allemagne se verrait prochainement obligée d’exiger de la Suisse le transit de troupes et de matériel de guerre à travers son territoire. Le Chef du DPF estime qu’il faudra effectivement compter dans les prochains mois avec certaines éventualités, mais peut-être moins vite que certains ne le pensent. Il rappelle qu’il a déjà demandé au Conseil fédéral la communication des plans de renforcement progressif pour la mise sur pied de troupes supplémentaires en cas de besoin.

Classement thématique série 1848–1945:
5. POLITIQUE MILITAIRE

Également: Guisan écrit à Kobelt que le déplacement des troupes allemandes - rassemblées auparavant en Allemagne du Sud et dans la région de Lyon -, vers l’Est et vers l’Italie, a fait disparaître le danger immédiat qu’elles paraissaient faire peser sur la Suisse. Le Général conteste cependant la proposition faite par Pilet-Golaz d’une augmentation progressive des troupes mobilisées. Si la situation devenait menaçante pour la Suisse - en cas de débarquement allié sur la Péninsule italienne ou sur la France métropolitaine -, la mobilisation générale serait la seule mesure permettant à l’Armée de remplir sa mission. Annexe de 24.7.1943
Également: Kobelt expose au Général l’appréciation de la situation faite par le Conseil fédéral lors de sa séance du 29 juillet, et qui s’écarte de celle de Guisan. Le Gouvernement ne tire pas des bouleversements survenus en Italie les mêmes conséquences que le Général. Il charge Guisan de continuer les préparatifs pour une nouvelle mobilisation générale, mais considère que celle-ci ne se justifie pas dans l’immédiat. Annexe de 30.7.1943
Également: Le Colonel Masson fait état d’opinions allemandes suivant lesquelles la chute de Mussolini et la nomination de Badoglio sont le premier pas vers la signature d’un armistice. L’OKW aurait procédé à une nouvelle évaluation de la situation de la Suisse, qui aurait mis en évidence l’importance accrue des voies de communication à travers la Suisse au cas où le nord de l’Italie deviendrait un champ de bataille actif. Selon des informations transmises par Schellenberg, l’OKW aurait acquis la conviction de la volonté de défense de la Suisse contre quiconque, et du fait qu’une attaque préventive contre ce pays serait une erreur politique et stratégique. On continue à regretter à Berlin l’attitude de la presse suisse envers l’Allemagne, et le fait qu’elle parle surtout des «exploits» alliés. Masson insiste à nouveau pour que le Général veuille bien reprendre la question de l’attitude de la presse et de la discipline intellectuelle du pays avec les autorités civiles. Annexe de 3.8.1943
How to cite: Copy

Printed in

Antoine Fleury et a. (ed.)

Diplomatic Documents of Switzerland, vol. 14, doc. 392

volume link

Bern 1997

more… |
How to cite: Copy
Cover of DDS, 14

Repository

PDF