Language: French
24.11.1941 (Monday)
Le Ministre de Suisse à Rome, P. Ruegger, au Chef du Département politique, M. Pilet-Golaz
Political report (RP)
Une haute personnalité du Saint-Siège a communiqué à Ruegger des informations accablantes sur les persécutions effectuées par le Reich dans les pays occupés de l’est de l’Europe. Ces nouvelles sont corroborées par les témoignages des diplomates italiens qui ont été en poste dans ces régions.

Classement thématique série 1848–1945:
2. RELATIONS BILATÈRALES
2.14. ITALIE
2.14.2. RELATIONS POLITIQUES

Également: Notice de Ruegger, rédigée après l’entretien avec le représentant du Saint-Siège, sur les persécutions allemandes dans l’Est européen, et particulièrement en Pologne. L’interlocuteur du Ministre de Suisse dit son espoir de voir le CICR entreprendre une action de secours en faveur des populations persécutées. Annexe de s.d.
How to cite: Copy

Printed in

Antoine Fleury et a. (ed.)

Diplomatic Documents of Switzerland, vol. 14, doc. 127

volume link

Bern 1997

more… |
How to cite: Copy
Cover of DDS, 14

Repository

dodis.ch/47313
Le Ministre de Suisse à Rome, P. Ruegger, au Chef du Département politique, M. Pilet-Golaz1

Très confidentiel

D’une très haute source ecclésiastique et, pour être plus précis, d’une personnalité se trouvant à la tête d’une des organisations les mieux informées du monde j’ai eu ce matin un tableau aussi saisissant qu’inquiétant de la situation qui règne dans les pays de l’Est occupés par l’Allemagne.

J’ai essayé de résumer dans la notice ci-jointe2 quelques-uns des points les plus saillants qui m’ont frappé au cours d’une conversation, à la Légation, ayant duré plus d’une heure.

Les tristes vérités qui en résultent sont soupçonnées par une partie du monde. En partie, cependant, on désire fermer les yeux sur la terreur qui s’en dégage. J’ajoute que, fort malheureusement, et sans que j’entre ici dans le détail, les nouvelles affreuses que je vous rapporte dans la pièce ci-jointe sont corroborées par le témoignage des derniers agents diplomatiques et consulaires italiens ayant pu exercer - pendant un temps fort limité d’ailleurs - leurs fonctions dans les pays aujourd’hui occupés. Plus d’un de ceux-ci a déclaré, en parlant au soussigné ou à ses collaborateurs, que ce qui se passait dans les pays de l’Est dépassait toute imagination et toute possibilité de solidarité; c’était la conscience d’une vieille civilisation en révolte contre des excès que l’histoire jugera. A l’honneur du Ministre des Affaires étrangères d’Italie3, je dois dire que, lui aussi, à plusieurs reprises, a stigmatisé en ma présence les excès commis durant l’occupation par les alliés de son pays.

1
E 2300 Rom/41.
2
Cf. annexe au présent document.
3
G. Ciano.