Language: German
2.8.1943 (Monday)
Le Conseiller aux Etats, A. Pictet, au Chef de la Division des Affaires étrangères du Département politique, P. Bonna
Letter (L)
Le Conseiller aux Etats, A. Pictet, demande à son ami P. Bonna que le DPF facilite la transmission d’informations afin d’obtenir que certaines sociétés suisses ne soient plus inscrites sur les «listes noires».

Classement thématique série 1848–1945:
4. POLITIQUE ET ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES
4.3. AFFAIRES FINANCIÈRES

Également: Explications sur la société «Nasic» (active en Hongrie, en Roumanie et en Yougoslavie) et sur ses dirigeants (banquiers à Genève liés à la Banque de Paris et des Pays-Bas). Il s’agit d’affaires importantes qui justifient une intervention des diplomates suisses. Annexe de 10.8.1943
How to cite: Copy

Printed in

Antoine Fleury et a. (ed.)

Diplomatic Documents of Switzerland, vol. 14, doc. 400

volume link

Bern 1997

more… |
How to cite: Copy
Cover of DDS, 14

Repository

dodis.ch/47586
Le Conseiller aux Etats, A. Pictet, au Chef de la Division des Affaires étrangères du Département politique, P. Bonna1

Monsieur le Ministre et cher ami,

Je me permets de recourir à la grande obligeance du Département politique dans la circonstance suivante:

Le groupe de l’UnionNasic, constitué par l’Union des Usines et des Exploitations forestières de Nasic, la petite société CIMA et la société de contrôle SURVEY, a été mis sur la liste noire anglaise. A la suite des démarches que ces trois sociétés - et notamment la plus importante d’entre elles, l’Union NASIC - ont faites auprès de la Légation de Grande-Bretagne à Berne, il semble qu’il y aurait un espoir de les faire libérer. Mais, pour cela, il faudrait que l’un des administrateurs de la société NASIC, M. Arthur Guinness, à Londres, reçût la documentation nécessaire qui est contenue dans le pli ci-joint2.

Pourrais-je, en tant qu’administrateur de l’UnionNasic, te demander s’il serait possible de remettre ce dossier par le courrier suisse? Tu rendrais ainsi à cette société et à moi-même, un très grand service.

Je pars en vacances jeudi prochain. Il me serait très agréable, au cas où tu verrais une difficulté à cette transmission ou si tu avais des renseignements à me demander, que tu aies l’obligeance de me donner d’ici-là un coup de téléphone.

Je te remercie d’avance et t’envoie, cher ami, mes meilleures amitiés. –

1
Lettre: E 2001 (E) 1968/78/298.
2
Non retrouvé.