Language: French
9.10.1942 (Friday)
Le Chef du Département politique, M. Pilet-Golaz, à la Division des Affaires étrangères du Département politique
Memo (No)
Le Conseil fédéral souhaite être informé à l’avance de l’organisation de manifestations sportives internationales. Le DMF devrait solliciter l’avis du DPF et du DFJP.

Classement thématique série 1848–1945:
2. RELATIONS BILATÈRALES
2.1. ALLEMAGNE
2.1.2 RELATIONS POLITIQUES

Également: Entretien avec Köcher, Ministre d’Allemagne, au sujet des manifestations patriotiques allemandes. Nécessité de solliciter à l’avance une autorisation. Les condamnés pour espionnage au profit de l’Allemagne. Intervention de Pilet-Golaz en faveur des prisonniers de guerre britanniques. Annexe de 3.11.1942
How to cite: Copy

Printed in

Antoine Fleury et a. (ed.)

Diplomatic Documents of Switzerland, vol. 14, doc. 248

volume link

Bern 1997

more… |
How to cite: Copy
Cover of DDS, 14

Repository

dodis.ch/47434
Le Chef du Département politique, M. Pilet-Golaz, à la Division des Affaires étrangères du Département politique1

Le Conseil fédéral, saisi des échanges de vues qui ont eu lieu entre l’Association suisse de football, le Département politique et le Département militaire, a constaté que les choses étaient trop avancées pour tenter utilement de leur donner un autre cours, bien qu’il ne tienne pas pour opportune la date du 18 octobre, beaucoup trop rapprochée de la manifestation d’Oerlikon2.

Il a regretté, à cette occasion, de ne pas avoir été plus rapidement mis au courant.

Dans des cas de ce genre, avant d’émettre un avis, il conviendrait que les diverses instances administratives renseignent au moins sommairement le Conseiller fédéral dont elles relèvent. Il n’y a pas, en effet, que des considérations techniques, ou sportives, ou de politique extérieure, etc.; il y a aussi des considérations de politique intérieure et d’ordre général, dont le Gouvernement doit avoir l’occasion de s’inspirer. Sinon toute coordination est difficile.

L’exemple d’Oerlikon et celui du match sont là pour le montrer. Il convient d’en tirer les leçons et d’en tenir compte à l’avenir3.

1
E 2001 (D) 3/514. Cette notice est lue le jour même par P. Bonna, K. Stucki et F. de Diesbach. Le Conseil fédéral a décidé d’être représenté au match du 18 octobre 1942 à Berne par le Chef du DMF qui assistera au match sans participer au repas du soir, cf. PVCF No 1646 du 9 octobre 1942, E 1004.1 1/426.Cf. aussi E 4001 (C) 1/270 et 278.
2
Au sujet de la Fête des récoltes à Oerlikon(Erntedankfest der deutschen Kolonie), cf. PVCF ° 1617 du 9 octobre 1942, E 1004.1 1/426, E 4001 (C) 1/37 et E 4450/6158.
3
Lors de sa séance du 30 octobre 1942, le Conseil fédéral discute à nouveau des manifestations internationales: M. le Chef du Département politique constate que les requêtes tendant à l’organisation de manifestations sportives internationales en Suisse deviennent de plus en plus nombreuses et qu’il y aurait lieu d’instituer, pour l’octroi des autorisations, une procédure qui assure la liaison entre toutes les autorités intéressées. Le Département militaire, dont relèvent ces affaires, devrait transmettre chaque requête pour avis au Département politique et au Département de Justice et Police, qui, de son côté, prendrait contact avec l’autorité cantonale