Language: French
4.9.1939 (Monday)
Le Ministre d’Espagne à Berne, P. de Churruca y Dotres, Marquis d'Aycinena, au Chef du Département politique, G. Motta
Note (N)
Message de Franco aux puissances étrangères, qu’il demande à la Suisse d’appuyer.

Classement thématique série 1848–1945:
III. ORGANISATIONS INTERNATIONALES ET DÉMARCHES POUR LA PAIX
4. Démarches internationales en faveur de la paix
How to cite: Copy

Printed in

Jean-François Bergier et al. (ed.)

Diplomatic Documents of Switzerland, vol. 13, doc. 151

volume link

Bern 1991

more… |
How to cite: Copy
Cover of DDS, 13

Repository

dodis.ch/46908
Le Ministre d’Espagne à Berne, P. de Churruca y Dotres, Marquis d’Aycinena, au Chef du Département politique, G. Motta12

Suivant les instructions urgentes que je viens de recevoir de mon Gouvernement, j’ai l’honneur de communiquer à Votre Excellence le texte du message que Son Excellence le Généralissime Franco, Chef de l’Etat Espagnol, adresse aux Puissances étrangères:

«Après avoir souffert pendant trois longues années le poids et les horreurs d’une guerre de libération de ma Patrie, je me crois avec l’autorité nécessaire pour m’adresser aux Gouvernements, entre les mains desquels se trouve la responsabilité de déchaîner une catastrophe sans précédent dans l’Histoire, pour leur prier de tâcher d’éviter à leur peuple les douleurs et les tragédies subies par le peuple espagnol, malgré la limitation dans notre lutte de l’emploi des moyens de destruction. Ces horreurs seraient centuplées dans une nouvelle guerre. Il serait d’une lourde responsabilité de répandre la guerre actuelle à d’autres contrées et mers éloignées du foyer du conflit. L’extension du terrible fléau serait la cause d’une profonde et insurmontable perturbation économique pour le monde entier et des pertes incalculables de ses richesses, la paralisation [sic] de son commerce avec des graves répercussions dans le coût du niveau de vie des familles modestes. L’amplification de la querelle ne fait qu’augmenter les germes des futures guerres. Dans ces conditions, le bon sens et la responsabilité des différents Gouvernements, doivent s’efforcer de limiter les effets de la catastrophe dans le monde».

Je me permets de solliciter de Votre Excellence, agissant toujours d’accord avec les instructions que j’ai reçues, d’obtenir du Gouvernement de la Confédération sa bienveillante coopération pour que le message du Caudillo de l’Espagne, trouve tout l’appui que méritent les sentiments humanitaires qui l’ont inspiré, et que le public suisse en soit informé par sa presse, dont la coopération est également demandée.

1
Annotation de Motta en haut et dans la marge: Je viens de recevoir la visite du Ministre d’Espagne. Je lui ai déclaré que nous sommes de tout cœur avec le Chef de l’Etat espagnol, mais que pour des raisons de politique générale nous n’avions pas le droit de nous associer formellement au message du Caudillo de l’Espagne, 4.9.39. 5 heures du soir. Bonna a écrit directement en dessous de l’annotation de Motta: Je pense que la déclaration de Motta n’a pas besoin de confirmation écrite. Par ailleurs, Bonna a demandé à Feldscher de renseigner le Ministre de Suisse en Espagne. A cette fin, une lettre (non reproduite) est adressée par le Chef de la Division des Affaires étrangères du DPF à E. Broyé le 5 septembre.
2
Note: E 2001 (D) 1/105.