Language: French
20.9.1914 (Sunday)
Le Ministre de Suisse à Rome, G. B. Pioda, au Chef du Département politique, A. Hoffmann
Letter (L)
Selon le Consulat de Suisse à Milan, des mesures militaires ont été prises sur la frontière du canton du Tessin.
How to cite: Copy

Printed in

Jacques Freymond et al. (ed.)

Diplomatic Documents of Switzerland, vol. 6, doc. 50

volume link

Bern 1981

more… |
How to cite: Copy
Cover of DDS, 6

Repository

dodis.ch/43325
Le Ministre de Suisse à Rome, G. B. Pioda, au Chef du Département politique, A. Hoffmann1

J’ai l’honneur de vous accuser réception de votre télégramme d’hier et de vous confirmer le mien de même date.

Du Consulat de Suisse à Milan, où le Consul est très malade et où le travail est fait par le Chancelier, j’ai reçu les informations suivantes, sans garantie:

«Je pense avant tout vous signaler le fait qu’une circulaire confidentielle oblige la sûreté publique à surveiller les citoyens suisses résidant aux environs de Milan et près de la frontière. Les environs de Varese, à la sortie du lac de Lugano, ont été occupés par de l’infanterie, de l’artillerie et de la cavalerie, et les routes que le gouvernement a fait construire sur les sommités des monts qui l’entourent au moyen du Touring Club italien ont été en partie occupées par de l’artillerie.

Un assez considérable noyau de troupes occupe le val d’Intelvi, avec de l’artillerie qui en peu d’heures pourrait être transportée à la Sighignola, qui domine le lac de Lugano jusqu’au Monte Ceneri, le chemin de fer du Gothard et le pont de Melide.

Le motif apparent de ces mesures contre la frontière du canton du Tessin est d’empêcher éventuellement le passage aux Autrichiens qui voudraient pénétrer en Italie. Le motif réel, d’après ce que j’ai lu et entendu dire, doit être au lieu de cela attribué au fait que notre état-major en cas d’attaque de la part de l’Italie aurait décidé l’occupation de cette vallée et que cela arriva à la connaissance du Gouvernement italien.

De nombreux détachements ont été envoyés vers le Stelvio à la frontière suisseitalienne-autrichienne et la Valteline doit être fortement occupée...»

J’ajoute que le mot de «corps francs» n’a pas été prononcé jusqu’ici, ni dans la presse ni dans le public2. Il existe des corps de cyclistes volontaires, qui ont coopéré, dans les manœuvres, avec l’armée.

Les manifestations d’hier ont été bien anodines. La troupe était nombreuse et les manifestants manquaient de spontanéité et d’élan.

1
Lettre: E 2001, Archiv-Nr. 720.
2
Il est fait allusion ici à une demande du Département politique contenue dans un télégramme du 20 septembre 1914: Ministre Autriche annoncé hier de la part de son Gouvernement que d’après certaines informations corps francs italiens auraient intention pénétrer en Tyrol par Suisse prochainement: Doutons beaucoup exactitude du renseignement; avez-vous indices quelconques? (Cf. E 2200Rom 3,1. B.)