Language: ns
BAR; E 2001(D)3, 484
Information Independent Commission of Experts Switzerland-Second World War (ICE) (UEK)
Info UEK/CIE/ICE ( deutsch français italiano english):
________________________

B. 55.45.24 Erteilung von Pässen südamerikanischer Staaten an jüdische Personen (Kriegsflüchtlinge)

Contient des pièces sur la question de l'octroi de passeports sud-américains à des personnes juives pour les soustraire à la déportation. Suite au refus de certains pays d'Amérique centrale d'échanger des ressortissants du Reich en Amérique centrale avec des titulaires de ces passeports, les USA tente des démarches, notamment par le biais du War Refugee Board. L'attitude des autorités suisses face au WRB et l'attitude du CICR face à ces passeports est intéressante.
Quelques copies.
B. 55.42.27 « Schweizerkomitee für Deutschlandhilfe »
Invitation de la Commission suisse d'aide en Allemagne au DPF pour une réunion le 20.10.1945 sur les secours à donner à l'Allemagne. La Commission travaille en collaboration avec le Don suisse, le CICR, la Commission mixte et la Croix-Rouge suisse. Pour le bureau de Haller, Jürg Iselin (certainement) doit faire une petite recherche sur le secrétaire, M. Löw, de cette commission suisse d'aide à l'Allemagne. Il écrit le 19.10.1945 à Zehnder conseiller de légation que Marcus Löw est un Bâlois, persona grata, dont le père était pasteur et qui s'intéresse de longue date aux oeuvres d'entraide et s'est engagé pour les institutions religieuses à Bâle et termine « (...)Dr. Löw steht im Ruf eines politische sehr sozial (nicht etwa sozialistisch!) eingestellten Menschen ».

B. 55.45.16 Aufnahme von Flüchtlingeskindern in der Schweiz (Kriegsflüchtlinge)

Notamment documents sur l'hospitalisation en Suisse des enfants rescapés de Buchenwald, on voit bien la collaboration entre le Don suisse, les autorités fédérales (de Haller), la Croix-rouge suisse, Secours aux enfants, l'UNRRA et dans une moindre mesure le CICR.
En général, très intéressants documents sur la question de l'hospitalisation d'enfants orphelins provenant de camps de concentration. Les organisations qui sont chargés de cette question sont entre autres l'UNRRA et le SHAEF (Supreme Headquarter Allied Expeditionnary Forces).
Rôle de Rothmund qui comme représentant du Comité intergouvernemental se montre positif devant l'hospitalisation. De Haller écrit dans une notice le 5.5.1945 « Je fais observer que la promesse du Comité intergouvernemental n'a qu'une valeur relative, attendu qu'il ne peut imposer des réfugiés à aucun pays. La réponse Emerson est loin d'avoir pour l'autorité fédérales la même valeur que l'engagement spécifique pris par un Gouvernement de nous débarrasser de fugitifs que nous accueillons temporairement sur notre sol. M. Rothmund, qui a toujours beaucoup insisté sur cette question de garantie de l'évacuation lorsqu'il était chef de la Division de police, paraît avoir aujourd'hui des idées beaucoup plus libérales et prétend les avoir fait endosser par le Département de Justice et Police. Cela dit, je constate que le Dr. Rothmund n'a nullement empiété sur le domaine de l'UNRRA en faisant à Londres le rapport ci-dessus. M. Tyler (de l'UNRRA, soulignée par moi) partage entièrement cet avis ».
Cf. Note récapitulative des transports d'enfants et d'adolescents du 26.6.1945, (les autorités suisses ne voulaient pas d'adultes dans ces convois), en fait, les autorités suisses se sentent floués par l'UNRRA qui auraient laisser entrer des adultes dans ces trains.
Il s'agit de l'affaire connue sous le nom « Action 2000 enfants », action décidée par Petitpierre et de Steiger.
B. 44.42.33 Schweizerspende Organisation.
Question posée par le conseiller national Müller, octobre 1945.
B.55.41.PB.1 Hilfsaktion der Universität Bern an die Universität Amsterdam, Wiederaufbaukredite
B.55.42.3 Schweizerische Zentralstelle für Flüchtlingshilfe, Zürich
  • Lettre à Motta, le 16.9.1938, signée par quatre Suisse, Fritz Wartenweiler (Frauenfeld), Georgine Gerhard (Basel), Adrien Häfeli (Olten), Georg Stamm (Aarburg) qui demande que le Gouvernement change les directives envoyées aux consulats dans la question des visas. Cette demande est soutenue par plus de 60 personnes suisses (liste de noms), les signataires écrivent que le peuple suisse est prêt à trouver des solutions satisfaisantes, en collaboration avec l'Office central d'aide, pour améliorer la situations des gens qui se pressent aux frontières suisses.
  • Réponse de Motta, le 17.9.1938 pour leur conseiller de rencontrer Rothmund pour cette question. Jahresbericht de l'année 1941 et de l'année 1942 de la Zentralstelle. Chaque fois, un petit bilan des comptes, pour l'année 1941, il y a une rubrique « Emigrantenabgabe » et pour 1942, « Solidaritätsabgabe ».
  • Document pour le Ministère public, le 14.6.1938 à propos de la création d'un « Auskunftstelle für Flüchtlinge » à Zurich. Tentative intéressante de regrouper les oeuvres d'entraide, y compris quelques une faisant partie de l'Office central qui s'occupaient de réfugiés n'entrant pas dans les catégories « classiques ». La Rote Hilfe en fait partie. (copie)
  • Lettre de Briner, de la « Zentralstelle » à Baumann (EJPD) le 22.12.1939 pour présenter l'Office central, donner des chiffres su l'aide des différentes associations (Jüdische Flüchtlingshilfe, katholische, etc.) et demande que les initiatives privées qui sont nombreuses notamment du côté des associations religieuses soient aidés par la Confédération. Briner expose aussi une série d'actions que l'Office envisage de faire si elle reçoit une aide et si elle peut compter sur la collaboration (copie, intéressant).
  • Réponse de Baumann le 20.1.1940. Donne l'avis du Département de Justice et Police sur l'internement des réfugiés et le contrôle des réfugiés politiques, communistes surtout. Dit aussi qu'il ne peut pas satisfaire les exigences de l'Office en ce qui concerne le crédit aux institutions privées, mais continuera de subventionner l'Office dans les cas où il s'agit de faciliter l'émigration. « Neben der Obsorge für die Fremdenpolizeiliche Ordnung besteht die Hauptgabe der Polizeiabteilung darin, zusammen mit den privaten Hilfsorganisationen, die Beziehungen mit internationalen Hilfswerken haben, Möglichkeiten für die Weiterwanderung der Flüchtlinge zu schaffen. Sie steht der Zentralstelle und den einzelnen Hilfsorganisationen  zur Beratung in diesen Fragen zur Verfügung ».(copie).

B.55.42.3 Schweizerische Zentralstelle, Flüchtlingstagung Montreux 1945.

Document sur la Conférence, le collaborateur de de Haller, le Dr. Walther était présent et à fait un rapport pour le bureau de Haller. Il est envoyé ensuite au ministre Stücki notamment. Documents intéressants.(copies)
  • de Haller à Petitpierre, le 28.2.1945 « Il me revient qu'en marge de la conférence actuellement réunie à Montreux, un groupe de réfugiés auraient adopté une résolution en faveur de l'érection d'un état juif en Palestine. Il ne m'appartient pas de vérifier l'exactitude de cette rumeur, mais il n'y aurait rien de surprenant à ce qu'elle s'avère fondée. La Suisse ne peut évidemment assumer aucune responsabilité pour des manifestations de ce genre; elles se produisent périodiquement un peu partout ». De Haller veut informer Petitpierre au cas où le Gouvernement britannique faisait une démarche auprès du Gouvernement suisse.

B. 55.31.6 Procès-verbaux « Arbeitausschuss-Sitzung », Rotes Kreuz, Kinderhilfe
B. 55.47.01 Hospitalisation en Suisse des enfants des pays frappés par la guerre. Projet Foot. (2 dossiers)

Foot, que les autorités suisse qualifie de « champion du blocus » pourrait selon les cas accorder des facilités et des entorses au blocus pour la Suède et la Suisse qui accepteraient d'hospitaliser des enfants.
B. 55.47.F10 Intervention der Schweiz betr. einer Kampfpause zwischen den Amerikanern und Deutschen. Frankreich (2 dossiers)
B.55.47.F.9. Hilfsaktion für di Stadt Paris. Frankreich, Hilfsaktionen

How to cite: Copy

Repository